Podologie du sport

Par son activité sportive, en loisir comme en compétition, le sportif fait subir à son organisme des contraintes mécaniques importantes, qui peuvent entrainer des troubles au niveau de l’appareil locomoteur (membres inférieurs, rachis).

Le travail du podologue du sport est de prendre en considération l’ensemble du corps, la pratique du/des sport(s), le terrain d’évolution couplé au chaussant, la technicité du geste ; ceci afin d’accompagner le sportif et de l’aider à choisir le meilleur chaussant. Il travaille en étroite relation avec le médecin du sport, le kinésithérapeute, l’ostéopathe, le préparateur physique et l’entraineur.

N’importe quel sportif peut être amené à consulter quelque soit son niveau :

  • Les sports collectifs (rugby, handball, volley, basket, foot) et individuels (running, marathon, trail, golf, triathlon)
  • Les sports portés (cyclisme, équitation)
  • Les sports de raquettes (tennis, pelote basque, badminton)
  • Les sports de glisse (ski, roller, patinage)

Chistera Mont Blanc Rugby

La pratique du sport, par ses mouvements répétés et intensifs, est pourvoyeuse de pathologies spécifiques qui touchent les muscles, les tendons, les ligaments, les articulations et les os.

Une grande partie des pathologies sont la conséquence d’une pronation excessive. La pronation est la déviation en interne du pied par rapport à son axe initial. Bien que normalement présente, elle permet au pied de bien jouer son rôle amortissant et propulseur. Ainsi, l’excès de pronation est souvent délétère pour l’organisme. Il est en cause dans une plus ou moins grande partie des pathologies suivantes, que l’on retrouve fréquemment en cabinet :

  • La fracture de fatigue
  • La périostite tibiale
  • Le syndrome de l’essuie glace (bandelette ilio-tibiale)
  • Tendinite du tibial postérieur (anciennement jambier postérieur)
  • Syndrome rotulien
  • Myo aponévrosite plantaire

Que sait-on de la bonne chaussure de sport ?

o Type de chaussure

Le podologue du sport est en premier lieu là pour corriger les défauts de posture mais il ne faut pas oublier qu’il peut également être de très bon conseil ! En effet, en fonction de son type de pied (grec, égyptien) et de sa foulée (universelle, pronatrice ou supinatrice), le podologue pourra orienter son patient vers un type et éventuellement une marque de chaussures de sport. Par ailleurs, il aiguillera son patient sur la taille à prendre pour éviter les désagréments d’ordre cutanés et au niveau des ongles, détaillés dans la partie pédicurie.

o Durée de vie

Elle ne se détermine pas uniquement par l’usure extérieure des matériaux de la chaussure mais surtout par la diminution de ses qualités (amorti, stabilité…). Pour les chaussures de running, on peut chiffrer la durée de vie d’une chaussure entre 800 et 1500km selon les marques.

Quelques mots sur la thérapie manuelle

La thérapie manuelle en podologie est un complément diagnostique et thérapeutique. Ainsi, par des tests simples, le podologue sera capable d'évaluer cliniquement les dysfonctions ostéo-articulaires et neuro-musculaires des membres inférieurs et de traiter la/les dysfonction(s) podale(s) afin d’adapter au mieux les traitements podologiques.

Cette thérapie manuelle se base sur les principes neurophysiologiques et biomécaniques de la thérapie manuelle ostéopathique (Techniques de Jones, Saturation neuroarticulaire et neuroméningée, Sidération neuromusculaire).

Couplée à l’examen clinique, elle permettra de réorienter vers le bon thérapeute et de renforcer le traitement par semelles orthopédiques.

Elle a comme indications thérapeutiques les talalgies, les syndromes de Morton fonctionnels, les métatarsalgies mécaniques, les instabilités, les entorses, les enthésopathies…